Le même… en plus jeune.

La Terreur a un petit frère. Haut comme trois pommes et déjà un sacré pénible. Remarque, Lecteur, on sait de qui il tient, hein…
La Petite Terreur, donc, refuse de rentrer dans l’école… Il est fortement encouragé par la Terreur, qui lui non plus ne veut pas que je revois sa maman… (Oui, oui, deux fois en 15 jours, je sais…)
La maman réussit enfin à faire monter Petite Terreur. Mais La Terreur prend tout son temps, donc on l’attend !
Pendant ce temps, Petite Terreur, qui, comme son aîné, n’a peur de rien, est monté dans ma classe, a pris des feutres pour tableau blanc… et a écrit sur mon tableau à craies !

Comment dire… J’ai pété un câble, eu envie de l’envoyer paitre. Je lui ai juste dit que ce n’était pas bien (non, pas biiiiien !), et j’ai commencé à frotter pour nettoyer.
La Terreur, commençant à trouver le temps long, commence à râler. Conclusion : je lui ai filé l’éponge, j’ai discuté deux minutes avec la maman, et ensuite, on a mis fin à l’entretien. Et la maman a fini de nettoyer les traces…

Je plains sincèrement les parents, qui vont avoir fort à faire pour arriver à éduquer correctement le deux Terreurs… Parce que finalement, moi, je vais en baver cette année… Mais eux, si ça ne change pas, ils vont en baver toute leur vie.