Well well well

Une rentrée, encore.

De nouveaux élèves à découvrir, une classe assez chargée, malgré deux élèves radiés le jour de la rentrée, de nouveaux collègues, un nouvel « environnement de classe » (peinture refaite, quoi…).

Et puis, dès 8h35, des parents qui râlent (j’avais demandé à ce que mon rejeton soit avec vous / avec votre collègue, j’avais demandé qu’il soit avec tel copain…), alors on monte vite en classe.

Et là, ils sont mignons, avec leur nouvelle coupe de cheveux, avec leurs plus beaux atours, le beau matériel flambant neuf (qui, soyons honnête, ne va pas durer longtemps…).

Et puis, le lendemain, on commence à « déchanter » : tiens, cet élève-là, il m’était vendu comme un « B » alors que c’est clairement un C ou un D (A étant très bon, D franchement difficile à gérer), le nouvel arrivant dans l’école est à cadrer bien comme il faut, sinon il va mettre la classe sans dessus-dessous, et pour finir, mon « allophone » (ancien « ENAF » ou « primo-arrivant) est vraiment allophone… Il ne parle pas un mot de français.

Et puis tient, on l’avait oublié, notre inspecteur. Il revient aussi sur le devant de la scène, on nous infantilisant encore un peu, en fliquant nos horaires, en exigeant des dossiers pour quelque sortie que ce soit, en nous faisant remplir « des tableaux, des tableaux, encore des tableaux » (sur l’air du Poinçonneur des Lilas. 😀 )

Bref, c’est une rentrée.

Si longtemps

Il y a plusieurs mois que je n’ai rien écrit.
De grosses difficultés de santé m’ont tenue à l’écart de ma classe depuis mon dernier post.

J’ai eu des nouvelles de certains de mes élèves :
– mon élève HPI qui ne s’adaptait pas à moi change d’école. Ma remplaçante n’a pas eu beaucoup plus de succès que moi avec lui, ni avec ses parents.- une élève en grande difficulté relationnelle avec les adultes, les autres enfants change d’école, de ville, de pays. Je lui souhaite de trouver plus d’équilibre outre-mer.
– mon vrai de vrai de vrai HPI change aussi d’école, ses parents annonçaient leur intention de lui faire redoubler son CE2 (on marche sur la tête !!), mais la directrice de la nouvelle école nous a demandé s’il fallait vraiment l’inscrire en CM2.   Des parents qui affirment vouloir le mieux pour lui lors des différents entretiens, alors que par derrière ils essayent de faire sauter des classes. On va dans le mur, non ? Parce qu’en CM2 à 7 ans, ça me semble beaucoup. Mais bon, qui suis-je pour oser donner mon avis ?

Le reste, en gros, tout va bien pour eux.

En septembre, nouvelle classe, mais temps partiel également.
Ça va faire drôle de partager sa classe avec quelqu’un.
On verra si j’arrive à publier un peu plus régulièrement.

Incompétente

Les fameux parents de mon élèves HPI / EIP (bref, de l’enfant « tellement précoce » qu’il faut tout adapter pour lui…) ont pris leur plus belle plume pour me dire combien j’étais incompétente avec leur enfant, juste après avoir reçu le livret scolaire.
Alors bon, en novembre, j’avais droit à « Il est dans une bonne dynamique, merci… »
Maintenant, j’ai droit à « Vous êtes en échec avec les apprentissages scolaires de notre enfant, vous n’avez pas la formation pour comprendre ce genre d’enfant, vous ne savez pas vous y prendre, avec nous, il réussit tout… »

Alors oui, je sais. Je ne suis pas 100% du temps avec lui, il y en a 26 autres qui ont besoin de mon aide (dont un vrai de vrai HPI, des allophones, ceux en difficulté passagère…), et je fais de mon mieux pour y répondre, de la même manière que je fais de mon mieux pour adapter le contenu à ce gosse en particulier. Sauf que je ne suis pas préceptrice. Et que lorsque les parents auront compris ça, peut-être que ça ira mieux.

De la même manière, cet enfant a des troubles de l’attention. J’en conviens. Mais quand je lui demande s’il a fait son exercice, qu’il me dit oui, j’avoue que je suis un peu perplexe quand je corrige son cahier ou seulement 2 « trous » ont été complétés (alors que la plupart ont les phrases à copier en entier, lui a « juste à » compléter les phrases…)

Alors oui, je suis la méchante, car il n’a quasi que des « non acquis » ou « en cours d’acquisition, réussites peu fréquentes », alors qu’à la maison il a toujours juste. Mais comme j’ai dit aux parents : « Je ne vais pas aller chez vous, après mon boulot, pour voir comment vit votre enfant. Je comprends qu’il ait du mal à s’adapter à la classe, mais ce n’est pas moi qui fais le système scolaire… Et j’ai aussi une vie à côté, je n’entends pas passer tous mes soirs, samedis et dimanches à adapter le travail pour votre enfant. S’il essayait de s’adapter un peu, à son tour ? »…

APC

J’ai un élève arrivant d’une école privée très renommée. Il m’est « vendu » comme la 8ème merveille du monde.
Sauf que…
Sauf qu’il n’en fout pas une en classe, qu’il faut lui répéter 15 fois les choses avant qu’il ne daigne les faire.
Et côté acquisitions, c’est, comment dire ?… Proche du néant.
J’ai donc proposé de le prendre en APC, histoire de le rebooster un peu.
Les parents ont refusé, expliquant qu’ils ont eu une discussion avec lui, et que comme ça lui semblait très facile, il n’avait pas envie de bosser.
J’ai donc eu un laïus de 2 pages, expliquant que la 8ème merveille allait se mettre sérieusement au travail, et que l’APC n’était pas nécessaire.
Et 2 évals plus tard, on n’arrive pas à dépasser le 45% de réussite.
Est-ce qu’en mai ils me demanderont de le prendre en APC ?…

Musique

J’ai un élève qui aime bien la « cornebasse »… 😀

Remplacement

J’ai été absente durant 15 jours.
J’ai eu de la chance, c’était à un moment où j’ai pu être remplacée. Mes élèves n’ont pas été dispatchés dans les autres classes, ce qui a évité également une surcharge pour mes collègues (ce qui n’est pas plus mal, puisque nous sommes minimum 27 par classe.)

Depuis que je suis revenue, je fulmine contre mon remplaçant.
Je m’explique : je ne suis pas des plus organisés, mais mon cahier du remplaçant est sur mon bureau, mes progressions affichées au mur, j’ai surligné ce que j’ai fait, les décloisonnements et échanges de service sont clairement indiqués, ainsi que les activités à l’extérieur (sorties culurelles, EPS…) et pour finir les groupes d’APC.

Quand je suis retournée au travail, j’ai appris que mon remplaçant avait refusé de faire langue, n’avait pas pris les groupes en APC. En revanche, il n’a jamais laissé un créneau où j’avais un intervenant. Quant à la continuité des apprentissages, quelle blague ! Il n’a pas non plus daigné suivre ce qui était indiqué sur mes programmations. Du coup, je dois revoir un max de trucs.

Je sais que ce n’est pas chose aisée de remplacer quelqu’un au pied levé, mais quand même ! Le travail était limité prémâché, mais cette personne n’avait pas envie de changer ses propres habitudes, à savoir en faire le moins possible.

J’attends de vous

C’est ainsi qu’a commencé un entretien avec un parent.

« Etant donné la particularité de mon enfant, j’attends de vous que vous le mettiez en valeur, que vous le sollicitiez et que vous compreniez bien que s’il ne participe pas, ce n’est pas de sa faute. S’il n’écoute pas à certains moments, c’est qu’il a été tellement concentré juste avant que son cerveau est incapable de le faire plus longtemps. J’attends donc de vous… »

Là, j’ai recadré le parent, en lui expliquant que je n’étais pas préceptrice, que j’étais enseignante, et que son fils était dans un groupe. Et que malgré toute ma bonne volonté, je ne pouvais pas accorder à son très cher rejeton plus d’attention que les autres, qui eux aussi, avaient des besoins !

Previous Older Entries Next Newer Entries