APC

J’ai un élève arrivant d’une école privée très renommée. Il m’est « vendu » comme la 8ème merveille du monde.
Sauf que…
Sauf qu’il n’en fout pas une en classe, qu’il faut lui répéter 15 fois les choses avant qu’il ne daigne les faire.
Et côté acquisitions, c’est, comment dire ?… Proche du néant.
J’ai donc proposé de le prendre en APC, histoire de le rebooster un peu.
Les parents ont refusé, expliquant qu’ils ont eu une discussion avec lui, et que comme ça lui semblait très facile, il n’avait pas envie de bosser.
J’ai donc eu un laïus de 2 pages, expliquant que la 8ème merveille allait se mettre sérieusement au travail, et que l’APC n’était pas nécessaire.
Et 2 évals plus tard, on n’arrive pas à dépasser le 45% de réussite.
Est-ce qu’en mai ils me demanderont de le prendre en APC ?…

Musique

J’ai un élève qui aime bien la « cornebasse »… 😀

Remplacement

J’ai été absente durant 15 jours.
J’ai eu de la chance, c’était à un moment où j’ai pu être remplacée. Mes élèves n’ont pas été dispatchés dans les autres classes, ce qui a évité également une surcharge pour mes collègues (ce qui n’est pas plus mal, puisque nous sommes minimum 27 par classe.)

Depuis que je suis revenue, je fulmine contre mon remplaçant.
Je m’explique : je ne suis pas des plus organisés, mais mon cahier du remplaçant est sur mon bureau, mes progressions affichées au mur, j’ai surligné ce que j’ai fait, les décloisonnements et échanges de service sont clairement indiqués, ainsi que les activités à l’extérieur (sorties culurelles, EPS…) et pour finir les groupes d’APC.

Quand je suis retournée au travail, j’ai appris que mon remplaçant avait refusé de faire langue, n’avait pas pris les groupes en APC. En revanche, il n’a jamais laissé un créneau où j’avais un intervenant. Quant à la continuité des apprentissages, quelle blague ! Il n’a pas non plus daigné suivre ce qui était indiqué sur mes programmations. Du coup, je dois revoir un max de trucs.

Je sais que ce n’est pas chose aisée de remplacer quelqu’un au pied levé, mais quand même ! Le travail était limité prémâché, mais cette personne n’avait pas envie de changer ses propres habitudes, à savoir en faire le moins possible.

J’attends de vous

C’est ainsi qu’a commencé un entretien avec un parent.

« Etant donné la particularité de mon enfant, j’attends de vous que vous le mettiez en valeur, que vous le sollicitiez et que vous compreniez bien que s’il ne participe pas, ce n’est pas de sa faute. S’il n’écoute pas à certains moments, c’est qu’il a été tellement concentré juste avant que son cerveau est incapable de le faire plus longtemps. J’attends donc de vous… »

Là, j’ai recadré le parent, en lui expliquant que je n’étais pas préceptrice, que j’étais enseignante, et que son fils était dans un groupe. Et que malgré toute ma bonne volonté, je ne pouvais pas accorder à son très cher rejeton plus d’attention que les autres, qui eux aussi, avaient des besoins !

Assouplissement de la réforme

Pour certaines communes, afin de proposer des activités extra-scolaires de « qualité », il sera possible de regrouper tout le temps dédié sur une demi-journée.
Donc les élèves auront les 24 heures réparties sur 8 demi-journées. 

Je me pose la question : les activités périscolaires étant facultatives, certains élèves auront donc une demi-journée en dehors de l’école ?
Et elle sera positionnée quand, cette demi-journée ? Mercredi matin ? Vendredi après-midi ?
Je vois bien ça : activités périscolaires réunies sur 3 heures (mais facultatives) le vendredi après-midi, donc certains gamins seront en WE à ce moment là.

Et moi, je me pose encore et toujours la question de l’intérêt de l’élève / de l’enfant avant tout.

Au fait, il est passé où ce grand penseur qui voulait « refonder » l’école ? Parti, là où il n’y aura plus d’élèves, d’enseignants à gérer.

Il y a de plus en plus de fois où je regrette d’avoir donné ma voix çà ce gouvernement !

Du petit personnel… bis ? ter ?…

C’est à chaque fois l’impression que je ressens quand un gamin de ma classe vient me dire :
– Vous savez maîtresse (pas encore, mais ça va venir…) lundi je ne serai pas là parce que… Mais maman l’a dit au directeur.
– Vous savez maîtresse (tjs pas…) je n’étais pas là jeudi parce que… Mais maman l’a dit au directeur.

Et le pire : c’est un gamin en difficulté, je différencie à fond les ballons, et lorsque des bilans sont faits par tel ou tel personne (ergothérapeute, orthophoniste…), je ne suis jamais au courant de ce qui ressort de tout cela.
En revanche, mon directeur, toujours.
Cherchez l’erreur. 😦

Du métier d’enseignant

Les enseignants, peuvent, pour arrondir leur fin de mois, surveiller des études, surveiller la restauration scolaire, animer des ateliers périscolaires.
Lors des études nous avons sous notre responsabilité entre 20 et 25 gamins, que l’on aide pour les devoirs. Et pour cela nous sommes payés environ 14€ de l’heure.
Hier, une collègue m’a dit la chose suivante : « Pour faire promener mon chien durant une heure, il faut que je fasse deux heures d’études. »
N’y a-t-il pas un problème de valeurs dans notre société ? Une « dog sitter » sera payée 30€ de l’heure, pour promener un chien, alors que les enseignants, ayant à charge 20 gamins minimum, seront payés 14€ de l’heure…

Toute publicité est interdite

Nous travaillons sur les recettes de cuisine françaises et étrangères. Dans une recette apparaît le mot « cannelle ». Je leur demande ce que c’est, la plupart répondent « une épice ». Bon point.

Je leur montre alors ce que j’avais apporté  noix de muscade, badiane…
Quand je demande le nom de la noix de muscade, j’en ai une qui lève le doigt :
« Je sais, je sais, je sais, on en a à la maison, c’est du Casino. »

Put********* de bord********* de mer******

« La refondation de l’école, la modification des rythmes scolaires, C’EST POUR LE BIEN DES ENFANTS !!! Et si vous n’y adhérez pas, pauvres mécréants de professeurs des écoles que vous êtes, c’est parce que vous ne voyez que votre petit nombril, bande de sales corporatistes. Ces feignasses de prof des écoles (qui valent encore moins que les profs des collèges et lycées), ils ne sont jamais contents, ils sont toujours en grève, alors que la dernière réforme en date c’est vraiment, mais alors vraiment pour le bien des élèves. »

Grosso merdo, c’est ce qu’on entend régulièrement, hein. Et d’ailleurs, c’est un medley. 

C’est sûr que c’est l’idée du siècle de vouloir allonger la pause méridienne (on en reparlera par -10° ou par 40°), de diminuer le temps d’enseignement à 5h15 par jour et en échange de les faire venir un mercredi. Les élèves seront vraiment moins crevés. Perso, j’vois pas comment c’est possible. Mais bon, on va me dire que c’est les grands penseurs qui y ont bien réfléchi, en s’appuyant sur les rythmes proposés par les chronobiologistes. Ainsi soit-il.

Et modifier le calendrier des vacances scolaires 2016-2017 suite à la fronde des professionnels du tourisme, c’est dans le bien des enfants aussi ?
Les faire finir une semaine avant Noël, pour reprendre le 3 janvier, c’est pas une idée qu’elle est bonne ? Non, parce que les faire finir le mercredi, comme prévu initialement, ça n’arrange pas, mais alors pas du tout les professionnels de la montagne. Ils ne pourront pas rentabiliser au max les réservations. Ils ne seraient pas un peu corporatistes, eux aussi ?

J’entends bien qu’il faut faire tenir compte de l’économie (d’un autre côté, c’est pas Gudule et Hortensia, dont les parents sont au RSA, qui vont pouvoir se payer des vacances à la montagne, hein. Et il y en a plus qu’on ne croit, des Gudule et Hortensia ! Mais ça, c’est un autre débat.), mais put******* de bord******** de mer*******, va peut-être falloir arrêter de dire que c’est dans l’INTERET DES ENFANTS !

Parce que franchement, si notre ministre a été un jour crédible, là, j’ai comme un doute.

De la mauvaise foi

Les élèves doivent inventer la fin d’un roman que nous sommes en train de lire en classe. Comme je sais qu’Antoine avait déjà lu la fin (malgré mes exhortations à ne pas le faire !), je lui explique qu’il doit inventer une autre fin que celle écrite dans le livre. Après multiples râleries (« Mais c’est pas juste, c’est trop compliqué… ») et un rabattage de caquet (« Tu n’avais qu’à écouter les consignes et ne pas lire la fin ! »), tout le monde se met au travail.

Quand je demande si certains veulent lire leur production, Alfonse se dévoue, et là, j’ai l’impression d’entendre la fin du livre, en bien moins bonne qualité, bien sûr ! Avant qu’il ne dévoile toute la fin, je le coupe et lui demande quelle partie de la consigne il n’avait pas comprise. Alfonse me regarde avec des yeux de merlan frit :
– Ben quoi ?
– Et bien tu as lu la fin du livre.
– Non.
-Regarde-moi dans le yeux, répète-le moi.
– Ben non, j’ai pas lu la fin du livre. » Et devant mon regard plus que dubitatif et inquisiteur, il lâche le morceau. « Alors, en fait, c’est Alfred qui a demandé à Antoine comment se terminait le livre, et moi, en fait, j’ai demandé à Alfred. Mais je ne l’ai pas lu…
– Et donc, dans la consigne, le verbe « inventer », tu ne sais pas ce qu’il signifie ?

Alfonse a dû recommencer son travail. Et Alfred également, parce que lui aussi avait juste « réécrit » la fin…

Previous Older Entries Next Newer Entries