Les « nouveaux » rythmes

Depuis septembre 2013 pour les premiers, septembre 2014 pour les derniers, nous avons tous adopté des nouveaux rythmes scolaires avec obligation de travailler le mercredi matin avec les bambins.

La commune où je bosse a fait le choix de regrouper toutes les activités sur une après-midi (donc, au final, on bosse 8 1/2 journées de 3 heures, exactement comme avant la réforme, mais chut, faut pas le dire…). Le temps de la « pause méridienne » est aussi géré par les animateurs du périscolaire. Et là, ça commence à être difficile.

On savait déjà qu’il y avait des problèmes de locaux , puisqu’on reste tous pour bosser à midi (correction des cahiers, des évaluations, préparation de l’aprèm…).
Les locaux appartenant à la mairie, on est obligé de laisser les salles de classe. Tant pis pour les cahiers à trimballer, la classe qu’on ne peut pas préparer avant 13h10.

Mais depuis plusieurs semaines, on a des problèmes de respect des règles (celles-là même que nous nous échinons à mettre en place toutes les années…) :
– pas chewing-gum à l’école (oui, mais l’animateur X il en mange tout le temps).
– pas de ballon en cuir (oui, mais pendant la cantine et à l’étude, les animateurs ont dit qu’on pouvait).
– en cas de conflit entre les élèves, on ne règle pas ça avec les poings, on vient voir les adultes (oui, mais à la cantine, quand on le dit aux animateurs, ils ne font rien).

Déjà que bosser avec ces nouveaux rythmes, ce n’était pas simple : fatigue des enfants, une impression de courir encore plus pour ne pas être « trop à la bourre » dans le programme. Mais quand en plus on doit gérer les conflits qui naissent à la cantine, pendant les activités, on ne s’en sort plus.
Nous devons rencontrer prochainement le directeur, les animateurs et le responsable de la mairie, espérons que cela porte ses fruits…