Ca m’énerve !!

Samedi matin, j’entends sur une radio nationale la nouvelle suivante :
Nous aurons deux semaines de vacances en moins en été, il devrait y avoir un zonage…
Pourquoi pas, mais en contrepartie, soit on est payé en conséquence, soit on a des semaines allégées.
Je demande aussi la clim dans ma classe, parce qu’à 32° parfois, je ne tiendrai pas et mes élèves non plus.

Mais ce qui m’a mise HORS DE MOI, c’est d’entendre dans la foulée non pas un professeur des écoles, non pas un chronobiologiste, non pas un professionnel du rythme de l’enfant.
Non, Lecteur, la 1ère interview qui a suivi cette annonce, c’est celle d’un professionnel du tourisme, à qui on a demandé si c’était bien ou pas pour son secteur d’activité.

Alors, clairement, qu’on arrête de dire que la « refondation » de l’école, avec un changement des rythmes scolaires, c’est uniquement pour le bien des enfants, parce que là, c’est vraiment prendre les gens pour des cons !

Publicités

Coup de gueule

Lorsque notre ministre a annoncé l’an dernier une « refondation » de l’école, un changement de rythme, beaucoup de profs ont été contents. Enfin un ministre qui voulait faire bouger les choses.
Ah, que c’est dur d’être une oie blanche.

Moi je pensais que les enseignants seraient concertés, que les programmes seraient revus, allégés, modifiés, pour que ça profite à l’élève.
Ben non.
Mais ça tu le sais, oh Lecteur, que la refondation annoncée n’aura pas lieu.

De la même manière que Darcos avait décidé unilatéralement la suppression du samedi matin, la mise en place de l’aide personnalisée (ce qui, soit dit en passant, a créé une surcharge de boulot pour les gamins, pour les profs, que cela a mené à la désolidarisation progressive de certaines équipes enseignantes…), notre ministre actuel a décidé qu’on bossera tous le mercredi matin.

Oui, parce que les chronobiologistes ont dit que c’était mieux la semaine de 4 jours et demi. Alors dans l’intérêt de l’enfant, on va le faire bosser 4 jours et demi.
Mais dans un même temps, il faut lui alléger les journées, alors il ne faudra pas qu’il bosse plus que 5h30.
Et puis comme les gosses, de toute façon, ils sont endormis jusqu’au milieu de l’après-midi, ben on va allonger la pause méridienne.

Alors, récapitulons. Dans ma commune l’enfant va bosser :
– lundi, mardi, jeudi et vendredi de 8h30 à 12h00 et de 14h30 à 16h15.
-le mercredi de 8h30 à 11h30 le mercredi.

Et là, les enseignants commencent à râler, ce disant qu’encore une fois, non seulement le bien être des élèves n’était qu’une excuse, mais en plus, ils allaient être les dindons de la farce. Et bien sûr la populace nous tombe dessus, sortant encore et toujours les mêmes images d’Épinal surannées.
« Ces fainéants de corporatistes qui bossent 24 heures par semaine, sont tout le temps en vacances, ont la sécurité de l’emploi, sont vachement bien payés, ils ne veulent pas travailler une demi journée de plus ! »

Donc là, je pousse un coup de gueule :
1- On nous dit que selon les chronobiologistes, les enfants doivent bosser 4 jours et demi, mais il n’a jamais été question du mercredi matin, il a été question du samedi matin.
Mais là, le lobby du tourisme oppose son véto, et les parents sont plutôt contents, finalement, de ne pas avoir à se lever un samedi matin, alors que eux ne bossent pas.
Je le comprends : en tant qu’adulte, je préfère aussi bosser le mercredi plutôt que le samedi.
Mais en tant qu’enseignante, c’est le contraire que je souhaite.
De toute façon, je le sais, nous ne reviendrons jamais sur le samedi matin travaillé.
Mais ça mérite quand même de le souligner : soit on agit comme les chronobiologistes le suggèrent, et dans ce cas-là on met le bien de l’enfant en avant (et on bosse le samedi matin), soit on arrête d’être faux-cul et de de dire que c’est pour le bien de l’enfant car il s’agit surtout du bien-être des adultes et de l’industrie du tourisme.

2-  En quoi faire finir les enfants à 16h15 va vraiment alléger leur journée ? Quel est le pourcentage d’enfants qui peuvent vraiment se reposer entre midi et 2 ? Le gouvernement et les mairies nous soutiennent que de nombreuses activités culturelles vont être mises en place. J’ai quelques remarques :
– Qui va assurer les activités ? Dans ma commune, il est déjà difficile de trouver des vacataires pour surveiller les élèves pendant le temps de cantine. Quand le ratio est de 1 adulte pour 24, bien souvent, dans mon école, il n’y a que 2 ou 3  adultes pour surveiller 150 enfants… Question sécurité, on repassera.
– Où vont se faire les activités ? Dans les classes ? Alors que les enseignants y passent le plus clair de leur temps pour corriger, pour préparer, que les élèves laissent leurs affaires…
– Quand il fait beau, les élèves vont peut être aimer passer du temps à jouer dehors, mais quand il fait -2, -3 degrés, où va-t-on les mettre, puisque dans mon école notre gymnase est occupé par le collège, qui y fait AS danse, ou gym… En ce moment, les gosses restent dehors durant 1h30 minimum…
Ce temps de cantine qui dure deux heures est déjà source de conflits, qu’il faut régler en classe, parce que bien souvent les personnes qui surveillent les enfants se fichent carrément des problèmes des gosses.

3- Enfin, les enseignants vont perdre de leur pouvoir d’achat, encore une fois. Déjà que le point d’indice n’est pas revalorisé depuis 2008, si je ne me trompe pas, mais là, pour les enseignants qui ont des gosses, il va falloir les faire garder une demi journée de plus par semaine.  Et bien entendu, le gouvernement ne prévoit d’augmenter notre salaire en conséquence !
Et à quel moment devront nous faire les 9 heures d’animation pédagogique ? Le mercredi après-midi ?

Non, décidément, il nous faut une réforme, mais une vraie, qui prenne vraiment en compte les besoins des enfants, celui des enseignants, et pas un truc bricolé sur un bout de table. Et il faut arrêter de nous sortir en modèle allemand, parce que justement, en Allemagne, énormément de Länder tentent de passer à la « Ganztagschule », càd l’école toute la journée et non pas seulement le matin !

Pour finir ce coup de gueule, je termine par une de mes citations préférées, quant à enseignement :

« Si l’éducation coûte cher, essayez l’ignorance. »
Abraham Lincoln