Inattention

Je ne sais pas ce qui arrive à mes élèves cette année, mais j’ai 3 élèves qui n’écoutent rien, mais vraiment rien. Bon, parfois c’est toute la classe qui n’écoute pas, mais ça c’est un peu plus rare…

Dès que j’ai fini de donner une consigne, je la fais répéter.
Malgré cela, tu peux parier qu’un de ces 3 élèves va me demander ce qu’il faut faire.

Et récemment, ce fut la goutte d’eau qui a fait débordé le vase… J’ai vraiment engueulé un gamin, qui m’a fait une belle boulette.
Nous étions en arts visuels, peinture, donc un peu cracra… C’est po grave, j’ai prévu un vieux T-Shirt qui fera office de torchon pour essuyer. Je leur montre ce vieux bout de tissu, je leur explique bien qu’il faut se servir de ce truc-chose-machin qu’on peut salir, sans aucun problème, mais que PERSONNE ne doit prendre la serviette pour les mains, accrochée près du tableau. D’ailleurs, pour être sure et certaine que personne ne va le prendre, je le décroche et le pose vers mon bureau.

Et bien ça n’a pas loupé, un de ces 3 gamins m’a pris ma serviette et a essuyé ses cochonneries. Grrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr ! Autant dire qu’il s’est pris une brassée !

Conclusion : à partir de maintenant, ce sera ce gamin qui me répètera toutes les consignes. Non mé !

Publicités

La même…

Te souviens-tu, Lecteur,  de cette maman qui est arrivée à la bourre, sans s’excuser ?
Et bien elle est revenu aujourd’hui, me disant qu’elle ne voulait pas que son rejeton lise un bouquin parce qu’il parle de la maladie d’Alzheimer et que justement, en ce moment, avec ses propres parents, elle était confrontée à la maladie et que cela risquait de perturber le petit.

Zen, rester zen…

Le gamin lira le bouquin, comme tous les autres, parce que justement, c’est un choix, et que ce bouquin en question aborde très bien le sujet.

(Ne surtout pas lui dire qu’il y a pire pour ses gosses, du genre dégommer des zombies sur la console tous les jours, mais bon… Rester zen, rester pro…)

Du petit personnel

Dans la semaine, une maman me demande un rdv un jeudi à 17h30.
Je consulte mon emploi du temps de ministre, je n’ai rien à ce moment-là, j’accepte le rdv.

Jeudi arrive. L’AP se termine, les gamins sortent. Sauf un. Celui dont la maman doit venir.
17h30… 17h35… 17h40… Je demande au gosse si ça maman avait quelque chose de prévu avant.
« Oui, elle emmène mon frère chez le kiné… Ils terminent normalement à 17h30. »

Et là, j’ai maudit (et même un peu plus) cette maman qui prend 2 rdv en même temps et se dit que bien entendu, la maîtresse va rester et attendre.

Et tu sais la meilleure, lecteur ?

Cette femme est arrivée à 18h50, elle ne s’est même pas excusée !  En gros, ça a donné ça :

– Bonsoir madame. Notre entrevue ne durera que 10 minutes, je dois partir à 18h00.
– Ah bon, mais il est quelle heure ?
– 17h50, et nous avions rendez-vous à 17h30.
– Ah… Je n’ai pas vu le temps passer.

Ne pas être désagréable, ne pas l’insulter, ne pas l’envoyer ch***, rester pro…Ne pas être désagréable, ne pas l’insulter, ne pas l’envoyer ch***, rester pro… Ne pas être désagréable, ne pas l’insulter, ne pas l’envoyer ch***, rester pro…

De l’attention des parents

Cette période, je change mes jours d’aide personnalisée.
Je fais donc passer aux parents la fiche d’accord, en surlignant les nouveaux jours d’AP.

Et bien ça n’a pas manqué. Hier midi, je me suis retrouvée avec 2 gamins, qui bien sûr ne mangent pas à la cantine, parce que leurs géniteurs ont signé sans lire.
Et quand je les ai appelés pour qu’ils viennent les récupérer, j’ai eu droit à un :
« Vous pouvez bien le garder jusqu’à ce que je vienne le chercher, non ?

Zen, rester ZEN !

Rencontres internationales

Il y a quelque temps, nous avons décidé de participer au programme Comenius, qui permet à des écoles européennes de travailler ensemble et de découvrir par ce biais le fonctionnement des systèmes européens.

Bien entendu, comme tout projet, nous avons bossé un nombre d’heures assez conséquent (enfin, surtout une collègue qui y a passé des dizaines et des dizaines d’heures chez elle..) mais le jeu en a valu la chandelle puisque nous avons été retenus. Ce qui est bien, c’est que chacun s’investit comme il le sent, si des collègues ne veulent pas participer, ils ne participent pas, chacun choisit…

Et là, les embrouilles commencent.
Parce qu’il faut savoir, lecteur, que ce programme alloue des jolies sommes pour que les collègues puissent partir visiter les différentes écoles dans les différents pays.
C’est donc un temps de travail, un temps d’échange suite à ce qu’on fait les différentes classes. Donc, cela veut dire s’investir un minimum, pour pouvoir présenter son travail, celui de ses collègues. Bien sûr, il y a le côté extrêmement sympathique de découvrir une ville étrangère, on ne va pas le nier.
Mais pour certain(e)s, cela ne s’apparente qu’à des vacances tous frais payés, sur le temps scolaire. Et certain(e)s de te dire : « Je n’ai pas envie d’aller en Grèce, j’y suis déjà allé(e), alors moi je voudrais aller au Portugal. Je peux m’inscrire ? »
A aucun moment ce(tte) collègue n’a demandé quels étaient les axes de travail retenus, ce que cela impliquait pour leur application en classe…

Bref, un pur moment de bonheur, et ce n’est que le début !