Bilan

Cette année fut assez difficile.
D’abord, il y a eu la fameuse Terreur et ses frasques toujours plus violentes et pénibles les unes que les autres. Il m’en a fait baver à moi depuis le premier jour, jusqu’au dernier jour. Quel que soit le moyen employé (confiance, punition, exclusion, dialogue), je n’ai pas réussi à trouver la clé avec ce gamin. Quand je lui faisais un compliment sur son comportement, il faisait une connerie dans la 1/2 heure qui suivait. Quand je lui parlais, il écoutait, ne disait rien et faisait une connerie après.
Je pense que ce loulou n’a pas eu une récré complète de toute l’année… Bon, j’exagère un peu, il a bien dû en avoir une ou deux… 😀

Ensuite, il y a mon IP. J’avais pour mission de le rendre scolaire. Autant dire mission impossible. Pourtant, j’ai essayé. Je lui ai donné du travail différent, du travail en plus, du travail en moins… Mais du travail en moins, cela signifiait pour lui du temps pour faire n’importe quoi. Il n’était pas mis à profit pour travailler autrement. Je lui ai bien demandé de faire un exposé, de présenter des choses à la classe, en expliquant comment, pourquoi… Il ne l’a jamais fait. Quand je lui ai demandé la raison, il m’a dit qu’il avait commencé plein de fois, mais qu’il avait arrêté parce que cela lui demandait du travail. J’ai alors lâché l’affaire. Je peux proposer, mais s’il ne dispose pas, comment faire ?

J’ai eu aussi cet enfant, qui a été diagnostiqué DYS- durant l’année. En CM1, c’est plutôt pas mal ! Sachant qu’on lui en parle depuis que son enfant est en CP. Mais du coup, ce fut la formule miracle pour les parents ! Il est DYS- !!!!! Non mais vous vous rendez compte ! Vous DEVEZ, Mme Little Girafe, lui écrire ses cours. Vous DEVEZ lui faire des évaluations différenciées, vous DEVEZ, vous DEVEZ, vous DEVEZ… Et je dois aussi le mettre au travail. Et je dois aussi l’intégrer dans la classe. Et je dois aussi faire un sorte que ses voisins ne souffrent pas trop de son inattention. Et quand je lui rabâche 15 fois par jour de se mettre au boulot, on me dit que je le harcèle.
La meilleure ? Grâce à ses évaluation différenciées (moins d’écriture, plus de questions avec des QCM, moins de questions tout court…), il a un peu remonté la pente. Du coup, la maman exulte : « Mon fils, c’est bien ! » Mais, heu… Madame, sachez que ces évaluations sont partielles, que s’il avait eu à faire les évaluations « non différenciées », il serait dans les choux. » Mais non, elle n’entend rien. Plus rude sera la chute.

Il y a bien eu aussi ces 4 ou 5 autres pénibles, surtout chez les filles, qui sont devenues de plus en plus « fillasses », à faire des crasses à celles, qui, hier, étaient leurs amies pour la vie…

Et puis il y a tous les autres : ceux avec qui passer ces deux années a été un pur bonheur ! Les voir progresser, se sentir en confiance,  s’amuser, avoir simplement ENVIE de venir à l’école, parce qu’on y est bien…

Même si cette année fut pénible par bien des aspects, elle fut aussi très enrichissante !

Publicités

Et c’est reparti

Encore une fois, mon cauchemar de rentrée a de l’avance !
Cette nuit, j’ai  donc dû affronter une horde d’élèves, pas franchement sympathiques, qui criaient, refusaient de m’écouter…
Et puis comme si cela ne suffisait pas, mon tableau était cassé, impossible de travailler dessus.

Heureusement, ce mauvais rêve fut de courte durée, et je me suis réveillée assez rapidement.
Maintenant, « y’a plus qu’à »… attendre la rentrée et voir s’ils seront aussi terribles que dans mon rêve ! 🙂