Comment s’en prendre plein dans la gueule pour pas un sou

De bon matin, en train de discuter avec des élèves sur l’événement de la veille, ne voilà-t-y pas qu’une maman débarque, pour m’engueuler d’avoir mis un mot dans le cahier de liaison.

Mais oui, pourquoi est-ce que je marque aux parents que leur rejeton a un comportement dangereux et qu’il faut que cela cesse ?

Madame, je n’ai jamais eu de problème avec les autres enseignantes, et vous, vous m’écrivez mots sur mots dans le cahier de liaison !

Alors bon, en resituant les choses, c’est un gamin qui a des besoins particuliers : je passe du temps à lui retaper tous ses cours, je lui fait du travail différencié à fond, et du coup, j’attends de ce gosse qu’il se foute un peu au boulot. Mais comme il ne fait rien, je lui remets les pendules à l’heure, je lui demande de se concentrer, d’arrêter de jouer avec ses ciseaux, ses doigts, ses cheveux… Et là, on me dit que je le harcèle ?!

Alors Madame la maman, vous avez gagné. Vous ne voulez plus que je la pousse, la prunelle de vos yeux ? Très bien, je ne la pousserai pas. Ça me fera des vacances, je ne passerai pas mes soirées à préparer la différenciation. Je me contenterai de lui écrire ses leçons, et de ne pas le brusquer, le pauvre petit chéri.

Ce que je ne dis pas à la maman, c’est que dans deux mois, son fils, je ne l’aurai plus dans ma classe.
Courage, la fin est proche.

Parce que je le vaux bien

– Maîtresse, t’as fait quoi à tes cheveux ?
– Pourquoi ? (demande Little Girafe, s’attendant à un compliment)
– Ils sont bizarres, me dit une louloute, tout en se tortillant.

Ça m’apprendra à passer du temps devant la glace pour me faire un brushing raté, tiens !