Méchanceté

Nous fabriquons une carte en relief pour envoyer à ses amis, sa famille…
Une louloute qui se débrouille très bien en arts visuels a réalisé une carte magnifique. Mais quand je dis magnifique, c’est vraiment magnifique : un découpage nickel, des couleurs en parfaite harmonie, bref, même moi j’étais envieuse de cette réussite. Je mets donc en valeur la louloute et son travail.

Un autre était envieux, c’était la Terreur. Mais lui ne sait pas se contenir : il a attendu que je ne sois pas dans le secteur et il  a mis un coup de ciseaux dans la carte !

Sauf que la louloute en question l’a vu en pleine action, s’est mise à pleurer toutes les larmes de son corps. Ne comprenant pas ce qui se passe, elle arrive à peine à articuler ce qu’a fait la Terreur.

Le pire dans l’histoire ? Quand je lui demande pourquoi il a fait ça, il ne répond rien.
Quand je lui explique que ce qu’il a fait est de la méchanceté gratuite, lui me répond : « C’est pas méchant de découper ! »
Quand je lui demande ce qu’il aurait ressenti si on lui avait fait la même chose, là non plus il ne montre aucun remord  : « Je m’en fiche, on peut découper ma carte si on veut… »

Là, vraiment, les bras m’en sont tombés ! 😦

Publicités

Où Little Girafe joue les Super Nanny

Rendez-vous avec les parents de la Terreur.
Comme je l’ai déjà dit, la Terreur n’est rien, comparée à son petit frère !
Donc, là, Mini-Terreur n’avait pas envie de venir dans ma classe.
La maman lui a promis qu’il ferait un dessin, mais lui voulait faire des tampons… Et ben moi, je n’en ai pas !
Alors Mini Terreur a commencé à crier.
Et c’est là que je me suis souvenue de ce que faisait Super Nanny.
Je me suis approchée du gosse et je lui ai parlé, je lui ai expliqué que j’avais besoin de temps etc etc.

Je lui ai donné des craies grasses, une feuille et vogue la galère, il a dessiné durant 15 minutes ! Bon, il a bien essayé de ramener l’attention sur lui, mais je l’ai recadré (toujours en suivant les conseils de Super Nanny) et ça a fonctionné.

J’ai enfin pu discuter avec la Terreur et ses parents sans être dérangée !

Je pense que je vais envoyer mon CV à M6 pour remplacer Cathy, moi…

Obsédés

Où comment les Mérovingiens sont devenus les Mérovagins dans le cahier de 3 élèves… Que des mecs !

Fatigue, quand tu nous tiens…

La fin de la période approche, la fatigue apparaît chez les petits… Et chez moi aussi.
Récemment, ils en ont fait les frais…
Je leur demande de lire, relire et re-relire une leçon dans le livre de français, histoire que je termine de corriger les 2-3 cahiers que je n’avais pas eu le temps de finir à la récré…
Cela me prend 3 minutes, et quand je redistribue les cahiers, je me rends compte que certains sont occupés à faire d’autres choses.
Fermez vos livres. La Terreur, de quoi parle la leçon ?
– Bah… Heu, du nom et du déterminant.
– Non. 2 de Tension, de quoi parle la leçon ?
– Heuuu, ben je voulais dire comme la Terreur.
– C’est à dire ?
– Heuuuuu, ça parle de l’adjectif…
– Non. Trucmuche, de quoi parle la leçon ?
– …
– Ok, je vous ai demandé de de lire, relire et re-relire la leçon. Vous pensiez peut-être que je disais ça juste pour entendre le doux son de ma voix ? La morale de la Fontaine prend tout son sens : « Nuit et jour, à tout venant, je chantais, ne vous déplaise… Vous chantiez, j’en suis fort aise, et bien, dansez maintenant… » Vous mettez des livres entre vous. Prenez une feuille, vous écrivez de quoi parle la leçon. Si vous avez été comme la fourmi, pas de problème, si vous avez été comme la cigale, vous allez danser…

35 % de ma classe a été cigale… 35% ont été incapable de me dire le thème de la leçon, alors que nous avions travaillé 40 minutes dessus juste avant la récré !
35% de ma classe a dû recopier la leçon le soir, à la maison, en plus des devoirs…

 

Photo de classe

J’ai ramené la photo de classe à la maison… Histoire de…

Mon homme n’a pas reconnu la Terreur alors qu’une de mes amies, prof dans un collège, l’a reconnu dans les 10secondes…

Développe-t-on un 6ème sens pour reconnaître les chieurs, quand on bosse pour l’EN ?…

Bilan

La Terreur est toujours la Terreur… Parfois, il y a des moments de grâce, mais ça ne dure jamais bien longtemps.
Après avoir travaillé sur « ombres et lumières », les élèves se mettent par 4 et inventent une histoire à raconter en théâtre d’ombres.

La Terreur  choisit ses camarades de jeu : mon IP et mon impressionnable.
Pendant 45 minutes, je me déplace de groupe en groupe pour donner des indications, aider, orienter.
Dans la groupe de La Terreur, au bout de 20-30 minutes,  j’ai eu droit à quelque chose du style :
– Yo, zyva, on va au Mc Do ?
– Ouais.
– Allez, montez dans ma wago.
– Yo, j’veux un big-king-giant-fish, avec des frites et du coca.

Pas top top, on en convient.
Alors je leur demande comment il vont gérer le déplacement dans la voiture, où sont les didascalies, si quand ils arrivent dans un fast-food, ils n’ont pas droit à un bonjour au minimum ?…
Ça les fait réfléchir et ils continuent.
A la fin du temps imparti, je ramasse les feuilles pour les corriger. Quelle ne fut pas ma surprise de voir qu’ils m’avaient écouté et qu’ils avaient changé leur texte.
Maintenant, j’avais droit à une histoire de footeux un peu agressifs qui se battaient à la fin d’un match. Mais pas en mode « théâtre », non, non, en mode « roman »… Alors, comment dire, je me suis arraché les cheveux, et j’ai tenté de leur expliquer. Rien n’y a fait.

Pas grave, je les laisse continuer, puisque ce qu’ils ne savent pas, c’est qu’on présente le projet aux autres classes.
Et comme à son habitude, la Terreur prend le parti d’en faire le moins possible en classe.
Alors que tous les groupes créent des figurines, font des ombres chinoises, la Terreur, IP et impressionnable n’en font pas une… Mais quand je dis pas une, c’est vraiment pas une.
Au moment de présenter au reste de la classe, ils n’ont même pas fait une figure d’un footeux, non, non. C’est « un peu la honte », mais comme ce sont les potes de la classe, ils s’en foutent un peu.

Quand je leur apprends que dans 2 jours on présente à une autre classe, là, ils se mettent un peu à travailler.

Soyons clair, ce qu’ils présentent est une daube sans nom, ils se font charrier par ceux des autres classes.
Après la représentation, la Terreur vient me voir et me dit :
– Maîtresse, c’était pas bien notre saynète…
– Ah bon, pourquoi ?
– Ben c’était trop court, et puis nos ombres elles z’étaient nulles.
– Et, je ne t’avais pas prévenu que ça n’allait pas ?…

Du coup, il a un peu compris, je crois, que je ne suis pas là pour l’embêter, mais est-ce que cela va vraiment avoir un impact sur son comportement ? Wait and see !

Pourquooooooooooooi ?

Chaque année, je me le dis…
Chaque année, je suis hyper motivée pour le préparer dès les vacances de la Toussaint.
Chaque année, je me retrouve le 30 novembre au soir à fabriquer mon calendrier de l’avant pour la classe.
Et cette année, je me suis levée un peu plus tôt pour le terminer, parce qu’hier, ce n’était tout simplement pas possible !

Changerai-je, l’année prochaine ?
I hope so !