Première période de La Terreur

La Terreur  passé sa première période avec moi, et moi avec lui…
Après ces quelques semaines passées ensemble, lui et moi, on n’est toujours pas d’accord sur certains trucs.

1- Lui veut toujours parler quand il n’a pas la parole, moi, non.
2- Lui veut toujours jouer avec ses toupies, ses cartes pokémon, ses bracelets élastiques, moi, non.
3- Lui ne veut pas travailler avec les autres, moi, si.
4- Lui ne veut pas faire ses contrôles, moi, si.

Conclusion :
1- Il a été puni d’une partie de ses récréations au moins 60% du temps.
2- Toupies et autres objets personnels lui ont été confisqués de nombreuses fois par moi, mais aussi par mes collègues (ce qui a occasionné de nombreuses crises de larmes, parce qu’en fait, toupies, cartes et autres objets personnels doivent être des objets transitionnels, comme des doudous quoi…).
3- Il se retrouve tout seul pour travailler, mais comme plusieurs cerveaux valent mieux qu’un, son travail est toujours assez navrant.
4- Sa moyenne doit tourner autour des 9/20. D’un autre côté, quand je relis mes élèves et leur indique quels exercices ils doivent relire de plus près et que lui revient au bout de 30 secondes en disant qu’il a fini, faut pas s’étonner non plus ! Ou alors quand il doit reproduire une figure en géométrie et qu’il me rend une feuille vierge et blanche, sans aucune tentative de reproduction, ben moi je ne peux pas faire grand chose !

Et finalement, et ben on va faire une équipe éducative pour que tous ensemble (tous ensemble, ouais, ouais) on trouve une solution pour gérer cette Terreur.
LA question du jour : les parents viendront-ils ?
Wait and see !

Publicités

Ratés

Chez certains élèves, la connexion ne se fait pas. Mais alors pas du tout. Et du coup, ils sont totalement à l’ouest, ils ont quelques ratés à l’allumage quoi…
Pour preuve ce petit florilège, venant d’un seul et même élève.

* En français, on parle du genre et du nombre des noms. On vient de finir la correction d’un exercice demandant de mettre des mots au pluriel, et on s’attaque à un autre exercice sur le féminin.
– Un directeur ?
– des directaux ! Heu directeurs…
– Mouais, enfin on en est au féminin…
– des directales…

* Il est 9h30, on bosse les maths :
– Maîtresse, maman elle a dit que tu dois me libérer à 13h30.
– Ben, non, je ne libère personne, on n’est pas en prison…

* – Maîtresse, j’ai fait ma punition mais elle est restée chez moi.
– Celle que tu as posée il y a 10 minutes sur mon bureau ?

* En géométrie, je demande aux élèves de décalquer un gabarit sur le livre, chose qui a déjà été faite la veille. Je leur montre comment positionner le calque, la règle…
– Tout le monde a compris ?
– Oui…
– OK.
Et là, je vois mon « 2 de tension » en train de tracer des traits au stylo, sur le livre ! Dans ma tête, les petits mots doux ont défilé, je lui ai « juste » passé une chasse et demandé à la maman de racheter le livre. Réponse à la rentrée !

* Dans la cour, au moment de la pause méridienne, avec des copains, il n’a rien trouvé de mieux que traiter une personne qui passait dans la rue de « crétine, moche, grosse »… Bon, ça c’est la version donnée par les protagonistes,  parce que les « témoins » parlaient plus d’un truc concernant un acte sexuel passant par l’arrière…

* La maman : « Il ne fera pas sa punition, parce que vraiment, ses capacités d’attention diminuent et ce n’est vraiment pas de sa faute s’il ne présente pas correctement… »
– Heu, alors que tout est écrit au tableau, que tout est indiqué (quand aller à la ligne, quand sauter une ligne, de quelle couleur écrire…) et que l’an passé il y arrivait très bien ?

Je crois qu’une équipe éducative s’impose… 😦

Intégrisme ?

De la part d’une gamine qui n’est pas chrétienne (on s’en serait douté ! ) :

« Maîtresse, mon papa m’a dit que je n’avais pas le droit d’écrire Jésus-Christ dans mon cahier… »

 

Ça continue…

Contrairement à ce que j’avais dit ici, ma collègue a été complétée, dès la première semaine. Enfin, on lui a dit jeudi à 10h30 qu’elle serait déchargée le lundi… Donc la première semaine elle a bossé 4 jours, en étant payée 3…
Tout allait bien dans le meilleur des mondes, celui de l’EN.

Et puis, bien entendu, cela prit fin. Pourquoi ? Parce que la personne qui complétait ma collègue était en fait un remplaçant, et début octobre arrivant, les contractuels de l’EN sont arrivés. Donc, une étudiante en M2 a été nommée pour compléter ma collègue, et ce le… jeudi ! (Ben oui, Lecteur, tu sais que les remplaçants sont une denrée rare de nos jours, avec toutes ces suppressions de poste…)

Hormis le fait que cette jeune étudiante n’a pas eu de formation, qu’elle se retrouve effectivement « seule » à gérer une classe de 26 élèves, il a fallu revoir toutes nos dates de réunions, nos échanges de service, nos surveillances… Encore du temps de gaspillé.

Entre ça, une autre collègue non remplacée pendant 3 jours, j’ai pris ma décision : j’ai fait grève le 27 septembre.